Quand Nadine Morano qualifie Rokhaya Diallo de « Française de papier ».

C’était le 26 février dernier. Commentant alors un échange tendu entre Rokhaya Diallo et Bernard de la Villardière sur le plateau de Touche Pas A Mon Poste, Nadine Morano qualifiait la chroniqueuse de Cyril Hanouna de Française de papier. La raison de cet emportement? Rokhaya Diallo défendait alors sur le plateau de l’émission le droit de porter le hijab et condamnait par la même occasion des propos tenus par Bernard de la Villardière sur la question. Voilà donc une occasion perdue de plus, pour Nadine Morano, de rester silencieuse, ou tout du moins courtoise. Contre Culture se propose ici d’établir quelques points, même très synthétiques, qui aideront à rétablir un débat serein.

rockayadiallo

1 – Mme Morano évoque les « racines » et la « culture » française dans son Tweet. Il semble néanmoins compliqué pour quiconque de comprendre ce qu’elle veut dire par là. Et il y a fort à parier que, s’érigeant contre le port du hijab, Mme Morano ne mène pas ses combats politiques au nom de la laïcité. Non, les racines dont elles parlent sont forcément religieuses, le port du voile serait une abomination car il couvre les cheveux de celles qui croient mal et ne chérissent pas le même Dieu.

2 – En France, ni la religion ni le papier ne justifient l’appartenance à la Nation. Etre français c’est avant tout une volonté, et une volonté commune. L’exigence d’universalité qui est celle de la République française se doit de condamner de tels propos qui reviennent à catégoriser les français en fonction de leurs origines. Il n’y a pas de français éternels, il n’y a que des corps chauds et vivants qui décident de partager un « legs de souvenirs » selon les mots d’Ernerst Renan et d’exercer ensemble leur souveraineté.

3 – L’argument sur la condition féminine, s’il peut être intéressant dans un débat universitaire (c’est à dire loin de Nadine Morano) n’a néanmoins rien à faire dans la bouche d’une représentante politique. Il se trouve que nous avons déjà un outil à la fois juridique et intellectuel pour penser ces questions en France : c’est la laïcité et son corollaire qui est la distinction entre espace privé et espace public. Ainsi, à ceux qui s’érigent contre tel ou tel symbole religieux au nom de la sécurité (comme c’était le cas lors des débats autour de la burqa), de la condition des femmes ou des « racines » de la France il convient de répondre par la laïcité qui, jusqu’à preuve du contraire, est notre outil le plus mesuré. De même l’argument contraire qui justifie les signes religieux par la liberté qu’ont les femmes sur leur propre corps est insuffisant en ce qu’il met totalement de côté l’idée de commun. Il nous faut donc faire une distinction essentielle entre une Nadine Morano dont les pulsions frontistes sont de plus en plus assumées et ceux qui pensent la question religieuse par le paradigme qu’est celui de la laïcité et qui permet, plus que de se renfermer sur soi, d’établir les modalités du vivre-ensemble.

4 – Le débat de base n’aurait pas du avoir lieu car il n’y avait pas besoin ni de défendre ni de s’ériger contre le port du voile. Le hijab est autorisé dans l’espace public à l’exception des écoles, collèges et lycées publics et des agents de la fonction publique. Ainsi, si on peut développer une réflexion sur les modifications éventuelles à apporter aux lois existantes, un tel débat n’avait pas lieu d’être en ce que le cadre législatif permet actuellement aux femmes qui le souhaitent de porter le hijab.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :